Une " vigne-relais" pour l'installation de jeunes viticulteurs

Thématiques : 
4126 lectures
Porté par l'Association vinicole roannaise (42), la “ vigne-relais ” permet à de jeunes viticulteurs de bénéficier d'un appui pour leur installation en milieu rural.

Être vigneron, c'est un métier difficile, contraignant mais passionnant”, énonce Pascal Neron, président de l'Association vinicole roannaise. L’installation est particulièrement délicate. Et pour tenter de pallier les difficultés, les trente exploitants et adhérents de l’association ont décidé de s'impliquer bénévolement pour accompagner de jeunes viticulteurs dans le pays. “ Nous avons surtout besoin de professionnels pour notre terroir ”, explique le président. La structure recrute les jeunes dans le vivier des lycées et structures de formation agricole de la région voisine, la Bourgogne. Créée en 1911, l'association vinicole roannaise a repris du service, il y a une vingtaine d'années. Les exploitations de la région, crise bovine aidant, ont délaissé la polyculture incluant l'élevage, pour la viticulture. “ C'est à cette époque que nous avons décidé de travailler efficacement avec davantage de professionnalisme ”, rappelle le président.

Une location pour se lancer

Projet unique en France, la vigne-relais a pour but de laisser à une nouvelle génération de vignerons qui ont à coeur de sauvegarder le métier et le terroir, le temps d'acquérir leur propre exploitation. Le principe est simple. Il s'agit d'installer en location des jeunes sur des vignobles pour une période d'un à trois ans. “ Plutôt trois car c'est le temps nécessaire pour qu’une jeune vigne arrive en production. Cela leur évite notamment une avance de trésorerie en attendant leur première récolte ”, corrige Pascal Neron. Pendant ce laps de temps, les jeunes vignerons exploitent le terrain “ prêté ” et commercialisent leur production. Les terrains sont acquis et mis à disposition par les communautés de communes que sont la Côte Roannaise et l'Ouest Roannais, avec l'appui du Fonds social européen (FSE). Trois hectares sont en cours d’achat sur lesquels viendront s'installer provisoirement trois jeunes vignerons. A ce jour, le vignoble de la Cote Roannaise compte 210 hectares de vigne, dont près d’un quart a été planté ces 15 dernières années, principalement par des jeunes.

Un accompagnement professionnel

Faciliter l'installation des jeunes consiste aussi à les conseiller et les soutenir. Depuis l'été dernier, l'association a mis sur pied un système de parrainage avec des vignerons expérimentés, tous membres de l'association. Soutien, écoute et échange sont encouragés. “ Il est important que les jeunes se sentent appuyés dans leurs démarches et obtiennent des réponses concrètes à leurs préoccupations. Se sentir soutenu, au-delà de l'aspect purement matériel est important humainement ”, constate Pascal Neron. Dans cette logique, l'association propose aussi de prendre en charge un suivi technique effectué par une technicienne de la chambre d’Agriculture. “ Beaucoup de jeunes négligent ce suivi par manque de moyens financiers alors qu'il est indispensable pour maintenir un vin de qualité ”, explique Pascal Neron. Un appui d'autant plus nécessaire que les membres de l'association appliquent depuis 1994 le cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée (AOC) Côte Roannaise.

De nouveaux produits à développer

Le défi se concentre aussi sur la commercialisation des produits, point faible du métier de vignerons. Pour pallier ce problème, en sus des modules de formation que propose l'association, celle-ci vient de signer un Programme intégré de développement agricole (PIDA), avec le Conseil régional et le conseil général. Il consiste, entre autres, à créer et commercialiser une cuvée d'assemblage avec l'aide d'un négociant Roannais. Il s'agit de sélectionner, deux ou trois vins et de les vendre sous une étiquette commune afin de toucher une “ clientèle plus élargie que celle de la région ”.

Portfolio